24 janvier 2022

Jirfiya – Still Waiting

Paris, 2018. Le groupe de métal Born from lie a sorti son troisième album The New World Order (part 1). Le groupe rock -mais pas que- OSCIL a publié son premier EP Never Ending Road(s) avec Ingrid Denis au chant (ça a son importance pour la suite). Vous pouvez vous faire une idée en écoutant cet EP sur leur page youtube, voici la playlist. Enfin, Mercibo, le projet de Nugzar Phantsulaya et Eve Cirk, s’apprête à sortie un EP, Bird, en collaboration avec Ingrid Denis. Avant cet EP, ils avaient fait une cover de Teardrop et j’aime beaucoup trop Massive Attack pour ne pas en parler ici. Et tout à fait, c’est bien la même chanteuse qu’OSCIL. Le rapport entre tout ça ? Il arrive. Born from lie, le premier groupe cité, cherchait une nouvelle personne au chant. Ingrid n’évolue pas dans le milieu du métal mais c’est une artiste, et une artiste, ça aime les expériences. Alors elle rencontre le groupe. Son chant ne va pas lui permettre d’intégrer le groupe mais va fortement intéresser deux des membres.

Le courant passe très vite entre Jérôme (chanteur/guitariste de Born from Lie), Pascal (bassiste de Born from Lie) et Ingrid. Tellement vite qu’un groupe est rapidement créé et baptisé Jirfiya. Il tiendrait son nom de la comète martienne Jrifya. Le projet s’annonce très intéressant tant les influences de nos protagonistes sont différents. Ingrid, qui rappelons le, a fait une superbe reprise de Teardrop, monte un groupe de rock avec 2 métalleux. Ça promet ! Les gars ont déjà des compositions dans les tuyaux, Ingrid a des idées et l’envie d’aller de l’avant. Le 17 mai 2019 sort leur premier EP Wait For Dawn. Le résultat est positif et il reçoit de bonnes critiques. A mi-chemin entre le rock et le métal, le groupe a su rendre complémentaires le chant très « métal » et la voix beaucoup plus claire d’Ingrid même si on sent qu’elle a travaillé sa voix pour cette production. Le 6 septembre, Jirfiya publie le clip de Live with that voice, une reprise d’un morceau de Born from lie issu de leur deuxième opus.

Je ne saurais pas dire si Jirfiya en était déjà conscient, mais plus d’un an avant la sortie de son premier album, il sortait le clip de son premier single. 3 semaines plus tard, il remettait le couvert avec le clip/reprise de We’ll spill some blood. Le groupe est maintenant habitué à travailler ensemble. Il a gagné en confiance et en maturité. C’est tout naturellement qu’il va se diriger dans la composition de son premier album.

Le 25 novembre 2020 est sorti l’album Still Waiting. Le groupe a intégré un batteur, Nicolas, pour l’occasion. 8 titres pour 36 minutes. Les 2 dernières pistes sont les clips/reprises de l’an passé et sont considérées comme des bonus tracks. Pour promouvoir l’album, le titre House of poison sort en clip. Et on comprend ainsi que la pochette de l’album est prise dans cette maison empoisonnée.

On commence l’écoute avec Silently. Le morceau débute par une petite guitare acoustique aux relents du Sud qui reviendra à plusieurs reprises pour nous montrer que même si l’album se fait violent, il garde en lui une touche de douceur, d’espoir peut-être. Jérôme commence à chanter seul, mais très vite les voix se chevauchent puis se succèdent. C’est harmonieux et ça rend vraiment bien. Le deuxième morceau, The Right Side of the Border, plus métal dans son approche est au moins autant réussi. Ensuite, House of Poison, sorti en clip. Je trouve ce morceau très réussi car très complet : il ne cesse de varier le rythme en accélérant ou en ralentissant, la voix bien calée d’Ingrid qui fait ses propres chœurs sur la fin, la guitare sur le final. ROCK AND ROLL BABY ! The Farewell ne vas pas nous laisser en reste non plus. Une guitare très rapide et un Jérôme énervé laissent le temps à Ingrid de calmer le morceau avant de repartir fort. The Hill of Shame est le morceau calme de l’album, Jérôme abandonnant Ingrid au chant. This is my home commence également de manière plutôt douce mais ne va pas tarder à taper dans le dur et monter l’intensité de 3 crans d’un coup et où les voix vont s’enchaîner sur une batterie très rapide avant de nous emmener vers un solo de guitare pour un final très heavy metal.

Après leur EP en 2019, c’est une confirmation pour Jirfiya. Le choix des deux voix est judicieux et surtout très réussi. La musique n’est pas en reste et le groupe nous fournit un métal de qualité qui même s’il ne révolutionne pas le genre, apporte une touche fraiche et nécessaire. Maintenant que le groupe est bien rodé, cela ne peut que laisser présager du très très bon pour l’avenir. Et vivement !

A demain !

Still Waiting, par Jirfiya
Sortie le 25/11/2020

Un morceau en particulier : This is my home

Jirfiya c’est :
– Ingrid Denis : voix
– Jérôme Thellier : voix / guitare
– Pascal Davoury : basse
– Nicolas Dumant : batterie

Retrouvez le groupe Jirfiya sur les différents réseaux :

Pour écrire cette page, j’ai lu les interviews de Music Waves et ahasverus.

Une réflexion sur « Jirfiya – Still Waiting »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *