20 avril 2021

Thylacine – Timeless

L’artiste angevin nous offre une véritable masterclasse musicale

William Rezé est tombé très jeune dans la musique. Parcours somme toute classique : école de musique, solfège, conservatoire. A 6 ans, il commence le saxophone pour plus tard apprendre le jazz. Il va intégrer un orchestre pendant quelques années pour plus tard, intégrer un groupe de rock au poste de bassiste. Après le bac, son goût pour le dessin le guide à l’École Supérieure des Beaux-Arts d’Angers. Il y découvre la musique électronique plus en profondeur et commence à en faire, seul dans son coin. Il expérimente. Puis, il croise la route de Camille Després. Un soir, il compose le morceau No Mic Stand pour qu’elle pose sa voix dessus. Il comprend qu’il est à un tournant de sa vie et se choisit un pseudo. Il opte pour Thylacine (du nom du loup de Tasmanie, mais choisi pour sa sonorité). Il compose alors un premier EP où Camille chante sur la moitié des morceaux. Intuitive est publié fin 2012. Et déjà, l’artiste soutient sa production en concert. La machine Thylacine est lancée.

L’artiste créé en 2014 un label, Intuitive Records, afin de pouvoir être indépendant au maximum. Il va maintenant sortir en moins de 2 ans, 3 EPs : Singles, Blend et Exil. La notoriété de Thylacine est grandissante, il fait une première partie de Stromae et joue au Printemps de Bourges. En juillet 2015, je me promenais avec 3 amis aux Vieilles Charrues, quand par hasard on débarque sur la scène Grall. On y a découvert un gars qui faisait sautait tout le monde. C’était grandiose et on a tout de suite noté précieusement le nom de cet artiste, Thylacine. Entre 2, il a eu un projet fou et ô combien ressourçant : composer son premier album à bord du célèbre Transsibérien qui relie Moscou à Vladivostok. Il est donc parti 2 semaines avec une équipe de tournage puis a publié en novembre 2015 le très logiquement nommé Transsiberian, un album fort empli de cultures différentes et, on l’imagine fort bien, d’introspection de la part de l’artiste angevin. Vous pouvez trouver sur la page youtube de France TV Slash, le documentaire de ce voyage.

Thylacine va évidemment partir en tournée pour soutenir son beau projet avec une date en apothéose à l’Olympia. Mais il va aussi composer deux bandes originales de film : De toutes mes forces, de Chad Chenouga et Gaspard va au mariage, d’Antony Cordier. Il va également sortir un single, assorti d’un clip, War Dance. Puis, fort de son premier projet, Thylacine ne va plus s’imposer les horaires stricts d’un train. Il va préférer s’acheter une caravane Airstream, la bricoler en mode studio d’enregistrement et hop, direction l’Argentine pour traverser la cordillère des Andes, se ressourcer, s’inspirer, créer, composer, enregistrer. Quel programme ! En janvier 2019, l’artiste a publié ROADS – Vol.1, scellant à jamais son magnifique voyage en Amérique du Sud. Vous commencez à connaitre le gaillard, il ne va pas s’arrêter là. Toujours en quête de nouvelles expériences, il part s’immerger au Château de Versailles y enregistrer des sons comme le tic-tac d’une horloge, une porte qui grince ou l’orgue de la Chapelle Royale. Un single est tiré de ces enregistrements : Versailles.

Si vous êtes arrivé jusqu’ici, vous reprendrez bien un peu la route ? Direction les Îles Féroé. Car qui dit ROADS – Vol.1, dit assez logiquement ROADS – Vol.2., publié en février 2020. Sorti au format EP, il ne comporte que 4 titres, mais c’est assez suffisant pour faire voyager un rêveur. Entre 2, Thylacine a réécouté Gnossienne No.1 du compositeur française Erik Satie. Cela lui donne des idées et il revisite le morceau. Et, de fil en aiguille, l’idée s’est transformée en un nouveau beau projet : revisiter les grands noms de la musique classique. Après des voyages géographiques au fin fond de la Russie et de l’Amérique du Sud, quoi de plus logique qu’un voyage temporel à travers les époques.

Le 2 octobre 2020 est sorti l’album Timeless. 11 titres, 44 minutes, et attention spoiler : c’est sublime. Afin de ne pas laisser l’auditeur chercher le nom du compositeur revisité, Thylacine l’a donné au nom du morceau – véritable hommage de la part de l’artiste envers ses aïeux musicaux. L’écoute commence par Sheremetiev, très intimiste, avec son doux piano auquel viennent se joindre des voix lointaines. On va ainsi remonter le temps, découvrir ou redécouvrir des grands classiques à la sauce Thylacine. Et j’appelle ça ni plus ni moins qu’une Masterclasse. Les morceaux repris sont relativement connus -même des novices- et l’artiste a la classe de ne pas venir polluer l’original avec des sons inutiles. Il vient y déposer délicatement un soupçon de beat par ci, un sample par là, un filtre ici et là. Beethoven va reprendre le second mouvement de la septième symphonie. Pour Mozart, on aura le droit à un extrait de son Requiem, la séquence Lacrimosa. D’abord les violons, puis la chorale. Pour faire la jonction entre les 2, du Thylacine. Il arrive à rendre dansant l’indansable. Il rend ensuite hommage au Clair de lune de Debussy. L’écoute finit avec un dernier hommage, au Dies irae de Verdi. Cela lui permet de se lâcher un peu plus et de lâcher des gros beats, plus en mode electro qu’en mode classique.

Un très grand album pour un très grand artiste. Thylacine ne cesse de se renouveler en explorant de nouvelles pistes. Il n’a pas peur de se mettre en danger, il joue avec les notes et la musique pour notre plus grand plaisir. C’est à chaque fois grandiose mais cette fois-ci, c’est limite surréaliste. C’est un album passe partout : si vous êtes triste, il vous remontera le moral. Si vous êtes énervé, il vous détendra. Si vous n’aimez plus, il vous fera aimer le monde. Un album qui enchante par sa qualité et qui étrangement, est à la fois simple et complexe. Connaissant Thylacine, on sait qu’on va avoir le droit à autre chose de fantastique la prochaine fois et j’ai vraiment hâte.

A demain !

Timeless, par Thylacine
Sortie le 2 octobre 2020 chez Sony Music

Un morceau en particulier : Verdi

Retrouvez Thylacine sur les différents réseaux :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *