27 novembre 2021

Silas J. Dirge – The Poor Devil

L’artiste néerlandais nous livre un album de country aussi sombre que palpitant

Jan Kooiker passe son temps à travailler sur des disques. Il produit, enregistre et mixe des singles, des EPs ou des albums pour de nombreux artistes néerlandais. En parallèle, il créé beaucoup de bandes sons pour des documentaires ou des publicités pour la télévision néerlandaise. Mais surtout, il en compose pour lui même. D’abord, au sein du groupe de alt-country, The Information, qu’il a cofondé en 2008. De cette date à 2015, ils ont publié 2 albums et un EP, pile à mi chemin entre le folk et le rock. Pour se faire une idée, écoutez l’album I Foresee Trouble, paru en 2015. Puis Jan a eu besoin de passer à autre chose, de développer quelque chose de plus personnel. Il a mis fin à The Information pour créer un projet solo. Mais l’artiste ne souhaite pas pour autant utiliser son vrai nom et se choisit l’alias Silas J. Dirge. Dirge, cela signifie Chant funèbre et on va vite comprendre l’utilisation de ce pseudo.

En 2018, il publie son premier album, Tales of Woe (Contes de malheur). La pochette en noir et blanc représente des squelettes errant dans les montagnes et les thèmes des chansons sont la mort et la religion, le tout sur de la musique country. Alors comme ça, ce n’est peut être pas très attrayant mais c’est très réussi et le disque reçoit une très bonne presse, bien que modeste par sa quantité. Le single On the Train of Aches est sélectionné sur plusieurs playlists spotify et une version instrumentale est utilisée dans un court métrage aux États-Unis. Un Hollandais qui exporte de la musique country aux USA, c’est tout sauf banal.

En avril 2020, en plein confinement, il correspond avec l’américain Justin Stover aka Stovepipe. Ils composent et publient à distance le single The Grudge, qui de leur propre aveu, traite d’amitié, de trahison, d’amour et d’une hache acérée et meurtrière. En parallèle, Silas est approché par le label américain Venus Aeon qui produit un Western gothique sous forme d’album : Blood & Dust. Il va y composer le morceau Ghost Town. Même s’il s’étend sur d’autres projets, Silas a un objectif en tête : publier son 2e album sur lequel il travaille énormément. Il publie dans un premier temps le single Flowers on Her Grave, une ballade country meurtrière sur le fantôme de Rosie et ses manières vengeresses. Un 2e single arrive ensuite, Devil’s in Town où il vend son âme au Diable. La sortie du disque est imminente.

Le 8 janvier 2021 est sorti The Poor Devil. Un album de 40 minutes de country plutôt sombre mais très intéressante. Silas ne cherche ni la simplicité, ni la complexité. Il joue l’air qui lui semble le plus propice à raconter son histoire et des fois, cela ne se joue que sur 2 accords de guitare tout simple, d’autres fois cela nécessite une guitare électrique (Dolly Shot) ou une double basse (I Saw a Snake). Mais sa voix chaude, un peu monotone, toujours juste, donne une dimension dramatique au morceau. Il ne raconte pas une histoire, il nous immerge dedans et on se prend vite au jeu. Le morceau A Land More Kind Than Home n’est pas chanté, juste un lead vocal de Nicole Schouten, et pourrait très faire office de bande originale pour de nombreux films. Vous ne danserez certainement pas sur ce disque mais écoutez le pendant une partie de cartes entre amis et il vous poussera un chapeau de cow-boy et vous surveillerez vos arrières de peur qu’on vous envoie 6 pieds sous terre. Donnez lui sa chance, et écoutez le. Il ne demande que ça. Et il ne vous décevra pas.

A demain !

The Poor Devil, par Silas J. Dirge
Sortie le 8 janvier 2021

Un morceau en particulier : A Land More Kind Than Home

Retrouvez Silas J. Dirge sur les différents réseaux :

Une réflexion sur « Silas J. Dirge – The Poor Devil »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *