12 juin 2021

Wax Tailor – The Shadow of Their Suns

Avec son sixième album, Wax Tailor nous transporte de l’ombre à la lumière

Jean-Christophe Le Saoût fait ses premières armes dans les années 90 en tant qu’animateur d’une émission sur Radio Droit de Cité. Au fil des années, l’émission prend de l’ampleur et de prestigieux invités y participent, comme Cypress Hill ou NTM, pour ne citer qu’eux. Il créé en parallèle le groupe La Formule, projet hip-hop où il va tout apprendre toutes les ficelles du métier de musicien : MC, compositeur, producteur, tourneur, manager. Il créé ensuite en 1998 son propre label Lab’Oratoire afin de produire La Formule. Le rap c’est bien, mais Jean-Christophe en fait vite le tour. En 2000, il créé le projet Breathing under water avec le groupe Looptroop. Ensemble, ils sortent le single Deep Under Water. C’est à ce moment que Jean-Christophe Le Saoût devient Wax Tailor, littéralement, Le tailleur de cire. C’est sous ce nom qu’il publie en 2004 2 EPs, Lost The Way et Que Sera. Les 2 productions ne passent pas inaperçues et forment un joli tremplin pour son premier album qui sort l’année suivante, Tales of the Forgotten Melodies. Il y fait des featurings avec Marina Quaisse, Charlotte Savary et le groupe The Others. L’album est un succès et traverse l’atlantique en étant très bien reçu par la presse américaine.

En 2007, Wax publie son 2e album, Hope and Sorrow qui contient de nombreux featurings. L’essai est confirmé, c’est la consécration pour l’artiste. L’opus devient Disque d’Or (le premier de sa carrière) et est nommé aux Victoires de la Musique et aux Indie Musics Awards. En 2008, il compose le morceau Seize the Day pour le film Paris de Cédric Klapisch. En 2009, il publie son 3e album, In the Mood for Life qui entre dans le top 10 des charts français. Il repart pour une longue tournée et profitera de ses 2 Olympia pour enregistrer un album live qui sort en 2010. En 2012, il publie son 4e album, Dusty Rainbow from the Dark. C’est un album concept racontant l’histoire de la découverte par un jeune garçon du pouvoir évocateur de la musique. En 2014, il se produit en formation symphonique avec une quarantaine de musiciens et dix-sept choristes : Wax Tailor & The Phonovisions Symphonic Orchestra. Son 5e album By Any Beats Necessary est publié en 2016 et est suivi en 2017 d’une version remixée, By Any Remixes Necessary. En novembre 2020, il publie un clip, Misery, en featuring avec Rosemary Standley.

Le 8 janvier 2021, Wax Tailor publie son 6e album, The Shadow of Their Suns. La pochette, un poing de révolte grimé en noir, semble donner le ton et annoncer la noirceur de l’album. Il n’en est finalement rien, le disque semblant au contraire optimiste et porteur d’espoir. Si l’album commence dans l’ombre avec Fear of a Blind Planet, il finit bien dans la lumière avec Lights. Comme à son habitude, Wax Tailor invite de nombreux artistes. On retrouve notamment Mark Lanegan (chanteur rock ayant de nombreux disques solos à son actif mais également au sein de Screaming Trees ou Queens of the Stone Age), Del the Funky Homosapien (rappeur ayant 8 albums solos à son actif et participant régulièrement aux albums de The Hieroglyphics ou Gorillaz – le rap du morceau Clint Eastwood, c’est lui), Mr. Lif, Rosemary Standley (chanteuse de Moriarty), Boog Brown (chanteuse hip-hop d’Atlanta), et Yugen Blackrock. Dans ce que l’artiste appelle un long métrage sonore, il y mélange brillamment l’électro et le hip-hop avec les éléments qui caractérisent si bien sa musique : scratchs, samples, instrus et voix. Pendant 45 minutes, on se laisse facilement porter par ce scénario qui n’a certes rien de novateur, mais qui fait du bien en ce début d’année.

A demain !

The Shadow of Their Suns, par Wax Tailor
Sortie le 8 janvier 2021 chez A gauche de la lune

Un morceau en particulier : Like this

Retrouvez Wax Taylor sur les différents réseaux :

Une réflexion sur « Wax Tailor – The Shadow of Their Suns »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *